La chirurgie esthétique chez les hommes et les alternatives à l'intervention chirurgicale

 CHEZ LES HOMMES:

Selon une psychiatre française: « si les femmes complexent sur leurs seins et leur peau, les hommes eux, complexent sur leur taille, leurs cheveux, leur pénis. ». Elle rajoute : « Les hommes complexent depuis peu de temps, depuis que la société a édicté un idéal masculin ». En effet les hommes sont également de plus en plus nombreux à avoir recours à la chirurgie esthétique, elle concerne aujourd'hui en France 1 homme pour 4 femmes contre 1 pour 15 en 1985.

 

La généralisation d’un idéal de beauté a eu pour conséquence un mécontentement général (majoritairement chez les femmes mais aussi chez les hommes) face à leur corps. En effet aujourd'hui on constate une inflation des interventions de chirurgie esthétique chez les hommes, 20 à 30% des opérations pratiquées  concerne la gente masculine. Les critères de beauté masculins ont eux aussi évolué et notre société a vu apparaître l'homme moderne qui prend soin de lui, de sa peau, et qui ne va pas hésiter à recourir à la chirurgie esthétique pour diminuer une "bedaine" un peu trop proéminente ou combler ces trous qui parsèment son cuir chevelu.

Selon l'American Society of Plastic Surgery entre 2002 et 2007,les chiffres concernant les hommes ont augmenté de 16% et les dépenses liées aux actes de chirurgie plastique et esthétique ont augmenté de 9%, soit de 12,4 milliards de $ par an.

Les interventions les plus fréquentes sont : les liftings; la liposuccion(le plus souvent abdominale), et la chirurgie des paupières. Le Botox reste néanmoins le moyen le plus utilisé...

 

 D'autre part...

LES ALTERNATIVES:

La chirurgie esthétique s'est fortement démocratisée au cours de ces dernières années et de plus en plus de personnes envisagent d'y avoir recours et avant de passer à l'acte, les hésitations sont nombreuses car une opération de chirurgie n'est jamais totalement sans risque. Les personnes craignent généralement un acte lourd avec des cicatrices, sous anesthésie générale et sans possibilité de retour en arrière. C'est pourquoi il existe des alternatives à la chirurgie esthétique :

1°) La médecine esthétique:

Constituée d'interventions plus légères sans acte chirurgical, la médecine esthétique est aujourd'hui de plus en plus utilisée. Elle n' a pas pour rôle de remplacer la chirurgie esthétique mais constitue une technique complémentaire  permettant de corriger  de nombreuses disgrâces physiques.

 

Les différentes techniques de rajeunissement du visage ont une tendance très nette chez le public et dans le monde médical à s’éloigner de la chirurgie en faveur de traitements plus doux. L'esthétique médicale va augmenter fortement jusqu'en 2015.  Les actes sans chirurgie connaissent la plus forte croissance (ils ont été multipliés par 7 depuis 10 ans). L'ASPS prévoit que la chirurgie esthétique ne représente que 12% des actes à visée esthétique contre 34% en 2005.  Plusieurs méthodes peuvent traiter le vieillissement du visage avant, ou en complément de la chirurgie (liftings, opération des paupières, etc...).
Ce sont les méthodes de comblement et les méthodes par soustraction (peeling, laser-abrasion, et adipo-réduction).

Méthodes : - les injections de produits résorbables : ils sont injectés dans le derme afin de gonfler la "cassure" occasionnée par la ride. En principe, on pratique deux séances successives (collagène, acide hyaluronique, etc...)

- les produits non-résorbables ou semi-résorbables ils sont placés un peu plus profondément afin de combler les creux et donner des volumes. En moyenne, il faut deux à trois séances (métacrylates, acrylamides non-résorbables) (acide polylactique, acide hyaluronique hautement réticulé).

- le filling : ou injection de son propre tissu graisseux, réalisant une correction par "auto-greffe".

- le mésolift biologique : des minéraux, vitamines, produits hydratants, suivant le cas, sont injectés sur l’ensemble du visage pour redonner éclat du teint et fermeté des tissus. Trois séances en traitement d’attaque sont utiles.

- les peelings chimiques : il s’agit de faire peler la peau de tout ou partie du visage par simple application de produit acide.

- les peelings mécaniques : la micro-dermabrasion enlève aussi la couche superficielle du derme par projection puissante de cristaux d’alumine.

- les lasers : ils enlèvent la couche superficielle du derme (avec les ridules) et permettent une régénération d’une nouvelle peau sans défaut. Une meilleure tension de la peau peut aussi être acquise.

- les lumières pulsées : elles stimulent la production de collagène, enlèvent les taches pigmentaires et rougeurs. En bref, elles régénèrent l'épiderme avec une efficacité reconnue aujourd'hui. Elles n'entraînent pas d'incapacité et ne laissent pratiquement pas de marques contrairement aux laser d'abrasion et peelings.

- l'adipo-réduction : se fait après anesthésie locale légère, à l’aide de produits injectés localement voire d’une microcanule de 2mm de diamètre qui, sans laisser de cicatrice, peut détruire le tissu graisseux en excès, voire donner une rétraction des tissus cutanés. Ceci peut entraîner une réaction de fibrose cicatricielle généralement rétractile, capable de rattraper un relâchement.

(Extrait vidéo reportage six a huit, voir liens)

2°) Produits cosmétiques et soins beauté:

Un produit cosmétique est une substance ou une préparation destinée à être mise en contact avec les diverses parties superficielles du corps humain, notamment l'épiderme, les systèmes pileux et capillaire, les ongles, les lèvres et les organes génitaux externes, ou avec les dents et les muqueuses buccales, en vue, exclusivement ou principalement, de les nettoyer, de les parfumer, d'en modifier l'aspect, de les protéger, de les maintenir en bon état ou de corriger les odeurs corporelles" (cf. article L.5131-1 du code de la santé publique).

Liste des catégories des produits cosmétiques :

  • crèmes, émulsions, lotions, gels et huiles pour la peau (mains, visage, pieds, notamment) ;
  • masques de beauté, à l'exclusion des produits d'abrasion superficielle de la peau par voie chimique ;
  • fonds de teint (liquides, pâtes, poudres) ;
  • poudres pour maquillage, poudres à appliquer après le bain, poudres pour l'hygiène corporelle et autres poudres...

 

 

 

Le marché mondial des cosmétiques depuis 1990 est donc en progression annuelle moyenne du double du PNB mondial. Il continu à croître même dans les pays les plus développés avec la découverte constante de nouveaux besoins, l'amélioration continue de la qualité, l’allongement de l'espérance de vie ou l'extension des produits de soin aux hommes. Mais la croissance du marché des produits cosmétiques est surtout importante dans les pays récemment convertis à l'économie de marché. Dans ces pays, la corrélation entre le développement économique et la consommation de produits cosmétiques est forte, rappelant que le geste cosmétique est souvent un des premiers gestes de liberté.

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site