Conclusion

  En somme,le culte de la beauté,de plus en plus important dans notre société actuelle, a entraîné une forte croissance des pratiques de la chirurgie esthétique. Bien qu'assez ancienne,elle connaît un véritable essor depuis quelques années et malgré quelques dangers réels, les adeptes sont prêts à y mettre le prix pouvant atteindre des sommets ou encore parcourir de nombreux kilomètres pour une simple opération. La chirurgie est ainsi devenue une pratique plus accessible qu'il y a un certain temps et  de nombreux individus,femmes comme hommes voulant échapper à la vieillesse et redoutant les signes physiques qui l'accompagnent, y ont recours, passant de la simple caissière dans un supermarché à la star de cinéma Hollywoodienne mondialement connue. L'expression chirurgie esthétique est aujourd'hui banalisé, résultat des avancés technologiques et de l'évolution des mentalités. On peut penser que ses pratiques ainsi que ses alternatives évoluront également.

Petite  parenthèse (...)

Rapport marchand et lien social ==> Le tourisme "médical"; exemple de la thaïlande

Sur l'île de Phunket, centre balnéaire le plus connu de Thaïlande, le transport entre l'hôpital de luxe et l'hôtel cinq étoiles donnant sur la plage est compris dans le prix de journée. L'hôpital Bankok-Phunket couvre de la dyalise à la chirurgie plastique en passant par la cure de rajeunissement ou le remplacement d'une hanche L'hôpital aide le patient à organiser son séjour en collaboration avec des hôtels et des agences de voyages. A travers le royaumes, des dizaines d'autres institutions privées en font de même. Lancé a la veille de la crise financière de 1997-1998, le tourisme "médical" a pris racines au pays "du sourire"[...]

" Si l'on compare aux prix Français, ici, la chirurgie esthétique est de 10 a 20% moins chère [...]" explique un chirurgien Français.

La Thaïlande vise [...]la clientèle américaine et, développement plus récent, celle du Proche-Orient. Sont également candidats les Européens, notamment les Britanniques qui doivent attendre une opération plusieurs mois dans leur propre pays.

Extrait du journal "Le MONDE" 20 janvier 2004

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site